Actualités

Jean-Michel Mougard, préfet du Tarn, active le niveau 3 du plan départemental canicule ce lundi 24 juin 2019 à partir de 16h.

Contenu

Commission d’actions de lutte contre les violences faites aux femmes

 

A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le préfet préside le 25 novembre, à la préfecture, la commission d’actions de lutte contre les violences faites aux femmes.

Chaque année, plus de 216 000 femmes de 18 à 59 ans sont victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire. 86 000 indiquent avoir été victimes de viol ou tentative de viol, et seules 10% déposent plainte.

Dans le département du Tarn, du 1er octobre 2013 au 30 septembre 2014, 465 femmes victimes de violences ont été recensées soit une augmentation de 17,42% par rapport à la même période l’an passé (du 1er octobre 2012 au 30 septembre 2013).

Le gouvernement a fait de la prévention et de la lutte contre les violences faites aux femmes une priorité. 
Le 4ème plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes (2014-2016) présenté en novembre 2013 a fixé trois priorités : 
- organiser l’action publique autour d’un principe : aucune violence déclarée ne doit rester sans réponse ; 
- protéger les victimes : assurer leur mise à l’abri et un accompagnement spécifique ; 
- sensibiliser la société : les violences faites aux femmes ne doivent plus être ni une fatalité ni un tabou.

La mise en œuvre de ce plan et l’adoption de la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, ont permis des avancées significatives : 
- l’ordonnance de protection a été renforcée ;
- l’éviction du conjoint violent est devenue la règle ; 
- le téléphone grand danger a été généralisé, permettant ainsi aux femmes de bénéficier d’un dispositif portable d’alerte ;
- la plateforme téléphonique d’écoute et d’orientation « 3919 Violences femmes info » s’est développée.

Le protocole national relatif au traitement des mains courantes est en phase de généralisation dans les commissariats et les gendarmeries. En outre, le déploiement des intervenants sociaux en commissariats et brigades de gendarmerie a été intensifié.
Quelque 600 solutions d’hébergement dédiées aux femmes victimes de violences ont été créées. Conformément à l’engagement du président de la République, 1 650 solutions d’hébergement d’urgence supplémentaires seront ouvertes d’ici 2017. Les accueils de jour ont été développés. On compte désormais 104 sites dans 94 départements, contre 62 en 2012.

Des priorités d’action sont définies pour 2015 :

Le plan national de formation des professionnels au contact des victimes est actuellement en cours de déploiement. Des outils de formation seront déclinés pour toutes les professions concernées.
L’accès des femmes victimes de violences à un logement autonome, lorsque le maintien au domicile n’est pas envisageable, fera l’objet d’actions spécifiques, dans le milieu universitaire notamment.