Actualités

Contenu

Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, en visite à l’université Champollion à (...)

 

Dans le cadre de son tour de France des Campus, Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, était en visite au Centre Universitaire Jean-François Champollion à Albi ce lundi 16 septembre.
Elle a été accueillie par le professeur Hervé Pingaud, directeur du centre universitaire, en présence de Josiane Chevalier, préfète du Tarn ; d’Hélène Bernard, rectrice de l’académie de Toulouse ; de Martin Malvy, président du conseil régional ; de Thierry Carcenac, président du conseil général et de nombreux élus et personnalités.

 

Dans le cadre de son tour de France des Campus, Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, était en visite au Centre Universitaire Jean-François Champollion à Albi ce lundi 16 septembre.
Elle a été accueillie par le professeur Hervé Pingaud, directeur du centre universitaire, en présence de Josiane Chevalier, préfète du Tarn ; d’Hélène Bernard, rectrice de l’académie de Toulouse ; de Martin Malvy, président du conseil régional ; de Thierry Carcenac, président du conseil général et de nombreux élus et personnalités.
La ministre a d’abord assisté à la présentation de l’activité de recherche en jeux sérieux, avec des démonstrations autour de l’initiative Mecagenius. Elle a ensuite présidé une table ronde dans l’amphithéâtre autour de trois thèmes : Aménagement du territoire et politiques de sites, conditions d’attractivité et de réussite et les facteurs distinctifs des conditions de vie étudiante. La ministre a écouté avec attention les témoignages d’étudiants, mettant tous en avant « une université à taille humaine, de proximité, dotée d’une excellente réputation et une riche vie étudiante ».
Geneviève Fioraso a conclu les débats en annonçant la création de 43 postes en trois ans, pour les dix sites du centre universitaire Champollion, « car nous avons constaté une sous dotation en effectifs ». 13 postes sont créés en 2013 au lieu des 5 prévus initialement. « Nous redécouvrons les universités de proximité, bien ancrées sur leur territoire qui ont un taux remarquable d’insertion professionnelle et de réussite pour la licence en 3 ans. La recherche y a également toute sa place », a ajouté la ministre. « La qualité de la formation à l’université est incontestable mais pas suffisamment reconnue. Il faudrait accueillir davantage d’étudiants étrangers car l’université de proximité rassure, il faut être fier de remplir ce rôle ».