Actualités

Contenu

La mobilisation des acteurs publics contre la pauvreté

 

Comme sur le reste du territoire national, la croissance économique du Tarn est modérée. Or, ce phénomène n’est pas sans conséquence : une étude récente a ainsi mis en évidence le développement de plus en plus important de la pauvreté dans le département.

 

Comme sur le reste du territoire national, la croissance économique du Tarn est modérée. Or, ce phénomène n’est pas sans conséquence : une étude récente a ainsi mis en évidence le développement de plus en plus important de la pauvreté dans le département.

Afin de résoudre ce problème grandissant, un plan pluriannuel contre la pauvreté a été mis en place, correspondant à un engagement du Président de la République. Il a pour but de réduire les inégalités et d’accompagner les personnes en coordonnant plus efficacement l’action sociale. Il se traduit notamment par 18 chantiers prioritaires, qui se concrétisent par des aides aux familles monoparentales ou des politiques favorisant l’accès au logement. Son originalité est qu’il est le fruit d’une concertation de tous les acteurs des politiques de solidarité : l’État, évidemment, mais aussi les collectivités territoriales, les associations et les partenaires sociaux.

Dans notre département, il en a résulté de multiples actions. À titre d’illustration, on peut noter la mutualisation des moyens développés pour améliorer l’information des personnes en difficultés sociales vers le logement, ce qui est utile à l’heure où on répertorie 1600 logements potentiellement indignes dans le Tarn. On peut également citer la politique de sensibilisation des habitants de zones rurales à l’accès aux soins médicaux, un problème que l’on rencontre régulièrement dans les départements avec de larges zones rurales comme le Tarn.

État des lieux de la pauvreté dans le Tarn

6,2 % de la population tarnaise relève du RSA, avec un taux de chômage de 10,6 % (contre 10,2 % au niveau national). De plus, un diagnostic du territoire a mis en évidence certains facteurs attestant d’un développement de la pauvreté : 1000 jeunes repérés en décrochage scolaire, des dossiers de surendettement en augmentation, 450 assignations en vue d’expulsions locatives.