Actualités

Contenu

Un dialogue de confiance avec les conseillers généraux

 

« Pour que chacun d’entre nous puisse remplir au mieux les missions qui nous sont confiées au service de l’intérêt général, je suis convaincue qu’il n’y a qu’une seule méthode possible : le dialogue et la concertation ». C’est par ces mots que la préfète du Tarn Josiane Chevalier a débuté son échange avec les conseillers généraux, le 12 octobre, lors de sa présentation du rapport d’activité des services de l’État pour l’année 2011. Aux côtés de Thierry Carcenac, président du Conseil général, la préfète a pris le temps de présenter ses priorités pour le département et d’énoncer les engagements qui seraient les siens.

 

« Pour que chacun d’entre nous puisse remplir au mieux les missions qui nous sont confiées au service de l’intérêt général, je suis convaincue qu’il n’y a qu’une seule méthode possible : le dialogue et la concertation ». C’est par ces mots que la préfète du Tarn Josiane Chevalier a débuté son échange avec les conseillers généraux, le 12 octobre, lors de sa présentation du rapport d’activité des services de l’État pour l’année 2011. Aux côtés de Thierry Carcenac, président du Conseil général, la préfète a pris le temps de présenter ses priorités pour le département et d’énoncer les engagements qui seraient les siens.
Engagement tout d’abord contre toutes les formes d’insécurité en insistant sur la nécessité pour les communes d’avoir une culture de la gestion de crise et notamment de mettre en place un plan communal de sauvegarde. Concernant l’augmentation des cambriolages, la préfète a rappelé l’intérêt de la vidéo protection mais également des réflexes citoyens.
La préfète a ensuite développé sa seconde priorité, celle de la mobilisation en faveur de l’emploi, du développement économique et de la cohésion sociale. « Dans ce contexte économique difficile, seule une mobilisation sans précédent nous permettra de redresser la situation », a-t-elle expliqué. « Dans un département où le tissu économique est fait de PME, c’est emploi par emploi que le combat doit être mené et pourra être gagné ». Pour ce faire, différents dispositifs ont été mis en place, telle que la cellule de veille précoce pour détecter au plus tôt les difficultés rencontrées par les entreprises ou les dispositifs « emplois d’avenir » et « contrats de génération » mis en place début novembre.
Enfin, Josiane Chevalier a assuré les élus « de l’engagement des services de l’État pour l’ensemble des projets qui structurent notre territoire et contribuent à son avenir », qu’il s’agisse de moderniser les structures administratives, de poursuivre les chantiers liés au déplacement ou encore de soutenir l’éducation et la culture.

La préfète a ensuite répondu aux interrogations et préoccupations des élus avec franchise et le souci d’apporter des réponses concrètes sur les dossiers tarnais.
Concernant le schéma régional de santé et la tarification à l’acte (T2A), la préfète a indiqué que « la T2A ne doit pas être seulement un outil de gestion mais que la qualité de soins doit être prise en compte » et que « des précisions sur l’offre hospitalière seront apportées d’ici la fin de l’année ». Répondant à une question sur la retenue de Sivens, « c’est un projet emblématique pour le Tarn sur lequel il faut avancer avec sérénité, un dialogue a lieu et j’ai reçu les associations favorables et opposées au projet ». Sur la participation financière de l’État au projet du Grand Théâtre d’Albi, « l’État apporte 4 millions d’euros ». La préfète a également assuré « son soutien à la mise en place d’une plateforme SAMU-SDIS » et que la sous-préfecture de Castres n’était en rien menacée. Enfin, elle a rappelé qu’elle « ne modifierait pas le schéma départemental de coopération intercommunale » qui a été adopté en décembre 2011 et que « les services de l’État accompagneraient les élus ».