Contenu

Vous êtes victime de violences, ou êtes témoin de violences subies par une personne de votre entourage.

 

Humiliations, insultes, menaces, pressions psychologiques, coups, agressions sexuelles, viols… perpétrés par un (ex) conjoint ou (ex) compagnon sont des violences toutes punies par la loi.

Pour s’en sortir, il faut dénoncer et alerter

· si vous êtes témoin de violences au sein d’un couple, il faut signaler ce comportement, dès les premiers faits constatés.

> Qui prévenir ?

un travailleur social de la mairie ou du conseil général, les services de police ou de gendarmerie, des associations spécialisées dans la lutte contre les violences…

· si vous êtes victime de violences ou sein de votre couple, n’hésitez pas à en parler à votre entourage ou/et à des personnes de confiance, un médecin, un travailleur social de la mairie ou du conseil général, les services de police ou de gendarmerie, les associations spécialisées dans la lutte contre les violences…

> Quelles démarches entreprendre ?

· effectuer un examen médical le plus tôt possible.
Qu’une plainte soit déposée ou non, il est important de faire constater par un médecin les violences subies, à la fois physiques et psychologiques. Le certificat médical de constatation est un élément de preuve utile dans le cadre d’une procédure judiciaire, même si elle a lieu plusieurs mois après.

Vous pouvez vous faire soigner et établir un certificat médical à l’hôpital ou chez un médecin généraliste.

· Signaler les faits

- par le dépôt d’une plainte

à soit auprès des services de police ou de gendarmerie.
La plainte peut être déposée à toute heure et dans n’importe quel commissariat ou brigade de gendarmerie.

à soit en écrivant directement au procureur de la République.

- par une simple déclaration.
Si vous ne souhaitez pas porter plainte, il vous est cependant conseillé de déclarer les violences que vous avez subies au commissariat (main courante) ou à la gendarmerie (procès verbal de renseignement judiciaire).
Ces déclarations permettent de conserver une trace écrite des violences dont vous avez été victime.

· Prendre contact avec une association spécialisée dans la lutte contre les violences, qui vous conseillera, vous accompagnera dans vos démarches et vous orientera.

Ce sont, dans le Tarn :

-  Le Centre d’information des droits des femmes et des familles (CIDFF)
2 avenue Colonel Teyssier – 81000 ALBI – 05.63.47.01.34 –
34 rue Milhau Ducommun – 81100 CASTRES – 05.63.72.15.00
cidff.tarn@wanadoo.fr

-  Service d’aide aux victimes d’infractions pénales (SAVIP)
Tribunal de grande instance - 4 rue du palais –81100 CASTRES - 05.63.51.93.68
savip.tarn@wanadoo.fr

-  Association judiciaire du Tarn (AJT)
4 rue général Leclerc – 81000 ALBI – 05.63.47.99.18
ajtpos@wanadoo.fr

-  Paroles de femmes
40 place d’Hautpoul – 81600 GAILLAC – 05.63.81.22.65
parolesdefemmes81@gmail.com

-  Mouvement Jeunes Femmes
13 rue Négo Danos - 81000 ALBI - 05.63.49.91.99

Si vous avez besoin d’un hébergement d’urgence, ces associations pourront vous orienter vers le centre d’hébergement « Maison des femmes Dominique Malvy », spécialisé dans l’accueil des femmes en difficulté : 26 rue de Genève – 81000 ALBI – 05.63.49.48.00.

La délégation aux droits des femmes et à l’égalité, joignable à la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations du Tarn (18 avenue maréchal Joffre – 81013 ALBI Cédex 9 – 05.81.27.53.57), pourra aussi vous orienter.